Infos tahla

Tahla: hommage à la chanteuse Hadda Ouâkki et au poète Mohamed Al-Ouardi

  Un hommage a été rendu, un vendredi soir du mois 8, à la grande dame de la chanson amazighe du Moyen-Atlas, Hadda Ouâkki et au poète amazigh Mohamed Al-Ouardi à Aîn Fandal (Tahla), au terme de la 3ème édition des Journées culturelles, initiée par l'Association "Aârimen Nayet Warayen" pour le développement et la protection de la culture et du patrimoine.
Hadda Ouâkki, née en 1953 à la zaouiya d'Aït Ishaq (province de Khénifra), est une figure emblématique de l'art de l'Aîta. Elle a débuté sa carrière artistique en 1969 en compagnie de l'artiste amazigh Bennasser Okhouya. Son répertoire compte plusieurs chansons amazighes.
Le poète Mohamed Al-Ouardi, né en 1953 à Aïn Fandal à Tahla, est l'ancien président de l'Association Aïn Fandal pour l'art d'Ahidous. Dès l'âge de 20 ans, Al-Ouardi commença à composer des poésies en amazighe et en arabe.
La 3ème édition des Journées culturelles, lancée le 18 août à Aïn Fandal, est organisée sous le thème "La promotion du patrimoine amazigh: une responsabilité de tous" avec le soutien de la région de Taza-Al Hoceïma-Taounate et en partenariat avec l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM).
Cette manifestation a été ponctuée de soirées animées par plusieurs artistes, dont Hadda Ouâkki et des groupes tels Tamawayet Abziz et Aït Saghrouch (Boulemane), Azmaouen Boukachemire (Khémisset), Houci (Immouzer Kander), outre des spectacles et des danses folkloriques exécutés par la troupe Ahidous.
Au menu de Ces journées figuraient également des colloques et des débats sur la culture amazighe, des ateliers sur le caractère Tifinagh et des expositions d'articles d'artisanat warayeni, d'art plastique amazigh et de publications de l'IRCAM, ainsi qu'une campagne de circoncision d'enfants et une autre de sensibilisation et de prévention du VIH/Sida.

4 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×