Forum

 

Qui sont ait warain ? Où et comment vivent-ils?

Ne pouvant nous attarder sur une étude athnographique des Beni Ouarain, je serai  très bref. Les Beni Ouarain sont une ethnie amazigh. Ils sont établis à l’est de Fès à une centaine de kilomètres. De Fès, il faut se diriger à l’Est par la route et rouler vers Taza. C’est une région de montagne. En hiver, il y fait beaucoup plus froid que l’on ne l’imagine.

Les Beni Ouarain constituent un ensemble de dix-sept tribus dont les ancêtres ont été déjà arrangés dans la partie du nord-est de l'atlas moyen. Certains tracent leur origine à la région de la Tunisie méridionale, d'autres à la région du nord de la Mauritanie actuelle, mais ce qu’est sur c’est qu’ils sont d'origine de figuig et des tribus de znata. ils parlent une langue amazighe appelée chelha, également connu sous le nom de Zenatiya ou tout simplement tmazight. leur existence actuelle est encadré dans les sud et le sud-est par la chaîne de Jebel Bou Iblane, et dans le nord par le Jebel Tazekka, Oued Inaouène et Oued Msoun. Les Beni Ouarain ont des traditions annuelles semblables à celle des montagnes de Rif, ainsi que la production animale migratrice et l'agriculture arrangée sont les activités principales.

Riviere dans le territoire d'AIT Abd EL Hamid

 

 Il y a toujours eu des règlements établis de la pierre et de l'argile dans les vallées, et le niveau des précipitations tient compte même d'agriculture non irriguée. Cependant, la zone à l'est des collines du moyen atlas est si aride que l'agriculture soit possible seulement le long des fleuves, comme dans quelques régions du Maroc méridional.

Les Beni Ouarain et quelques tribus voisines dans l'atlas moyen du nord-est sont les tisserands d'un type distinctif de tapis. Ces giants blanc représente un lien direct aux traditions de tissage encien des amazigh de Zenata, et à leur tour ont une influence fondamentale sur le développement des textiles au maroc. 

La tradition tissage de Beni Ouarain remonte jusqu’à leur arrivée sur leur région actuelle. Cette suggestion est basée sur le besoin de ces tribus de produire des textiles pour la protection contre le froid d'hiver dans les secteurs des montagnes. Jusqu’à très récemment, un groupe de Beni bou Zart, continu à faire les textiles de boucle-pile a appelé le bnchgra qui sont largement identifiés comme précurseurs des couvertures pile-tissées. Les chambres ou attenliers de tissé des Beni Ouarains et la tradition de textile peut être encore plus ancien, puisqu'il est possible d'établir un rapport clair de conception avec les textiles tunisiens, indiquant une source commune. Les tapis, connus sous le nom de tihlasine (le tahlast), sont produits en grande partie dans les montagnes d'atlas et les régions occidentales ; les tribus dans le secteur oriental aride ont seulement une production relativement faible de leurs propres couverture. De même que la plupart des tribus dans l'atlas moyen, les Beni Ouarain n'ont pas utilisé des tapis comme des couvertures de plancher, mais plutôt comme lits et literie. Ceci explique la structure lâche des couvertures, qui s'ajustent sur la forme du corps et offrent la protection efficace contre le froid.

photo © Gebhart Blazek, 

En raison de leur retraite volontaire dans des régions à distance de montagne, les tribus de Beni Ouarain n'étaient pas sujettes à des influences arabes urbaines jusqu’après le début du 20ème siècle. Il est donc non étonnant que des similitudes formelles de la conception et de la palette doivent être trouvées dans les couvertures urbaines du Maghreb, mais plutôt dans la céramique rurale, qui ont maintenu un système décoratif archaïque des lignes noires sur une base blanche, aussi bien que des méthodes de production sans changement depuis des époques néolithiques. La conception classique de tapis de Beni Ouarain a un réseau des diamants composé des lignes noires relativement fines sur une terre blanche . Les extrémités sont rares, et même les éléments secondaires de conception de garde au long des côtés semblent être le résultat des influences externes. La chaîne des tapis de Beni Ouarain utilise toujours la laine blanche tournée, de même que les trames, dont il y a normalement entre quatre et quinze pousses, mais de temps en temps jusqu'à trente. Le filé de pile avec une taille jusqu'à 7cm. Le noeud des Amazigh est la norme, mais les bni bou Zart, les tribus d'AIT Assou, de Zerarda et d'AIT ghezrane dans l'ouest, et les Beni Jelîdassen dans le sud-est, emploient également le noeud symétrique ou un mélange des deux types. Le noeud symétrique est attaché plus de quatre chaînes, très rarement six. Le noeud des Berbers se constitue de plus de trois chaînes, plus rarement deux ou quatre. Le nombre de noeuds varie de 6-10/dm verticalement et de 13-18/dm horizontalement ; si le noeud des Amazigh en general est attaché de plus de deux chaînes, ce chiffre est également plus élevé. On trouve de temps en temps des morceaux dans toute la région tribale où un noeud symétrique, tordu 90°, est enroulé autour de trois fils de chaîne d'une façon semblable au noeud des Amazigh. Des morceaux plus anciens ont souvent plusieurs rangées des noeuds avec les points noirs et blancs qui sont dépassés du dos de la couverture à l'axe de trame. Ils sont particulièrement communs dans les extrémités. Ceux-ci empilent des éléments sur le dos, en parallèle également, on les trouve sur les couvertures de Beni Jelîdassen et d'Oulad EL Farh, aussi bien que parmi les tribus voisines aux sud, à l'AIT Youb et à Marmoucha. Des lisières sont formées de deux à quatre cordes de chaîne, et normalement juste enveloppées par les pousses de trame, car la pile continue presque toujours au bord de la couverture.

On trouve des couvertures dans toute la région tribale avec une grande variété de configurations de noeud sur le dos le long des côtés. C’est rare à l'ouest mais en particulier on le trouve chez AIT EL Farh. 

Jusqu’à récemment la  tradition de tissage continue dans le territoire du Beni Jelîdassen, la tribu sud-est du Beni Ouarain. Ils pratiquent un style de vie semi-nomade qui n’a pas changé pendant des siècles. Ils ont entré en contact avec le Marmoucha, dont la tradition de tissage est clairement reflétée dans la palette des coussins pile-tissés par bni Jelîdassen. Tandis que leurs tapis montrent tout à fait un rapport avec ceux des autres tribus de Beni Ouarain, ils ont une tradition très différente sous forme de coussins pile-tissés (connus sous le nom de loussada une fois composé comme coussins et frach une fois ouvert à l’extérieur pour l'usage comme couverture), étroitement liés aux tapis multicolores du Marmoucha. Il y a également une ressemblance avec AIT Youssi et Ait Saddene, différentes familles de ces tribus s'étant émigrer à la région de Beni Jelîdassen dans la deuxième moitié du 19ème siècle. L'influence d'AIT Youssi est particulièrement évidente dans certains choix, et dans la couleur secondaire jaune-orange utilisée en plus de l'arrangement noir et blanc de conception. Un dispositif particulier de la région de Beni Jelîdassen est l'utilisation des cheveux de chèvre, ou un mélange des cheveux et des laines. Les couvertures de la région du sud-est du Beni Ouarain qui montrent l'influence de Beni Saddene sont extrêmement rares.

Famille nomade de Beni Jelidassen avec leur tente

 Également tissés à travers presque toute la région les grands sacs appelés le sachou, avec des éléments de conception différents. Les couvertures plutôt rares connues sous le nom de hanbel sont identiques à ces sacs et diffèrent seulement par leur plus grande longueur

photo © Gebhart Blazek, 

Les produits de textile du Beni Ouarain sont restés tout à fait intacts par des influences étrangères pendant une plus longue période que ceux de la plupart des autres tribus marocaines. Jusqu'au 1990, ils ont tissés presque exclusivement pour les besoins de leurs ménages en grande partie autosuffisants. Mais, comme les peuples tribaux partout, le Beni Ouarain sont les victimes du changement socioculturel rapide, qui a eu comme conséquence le déclin ou même l'extinction de différentes formes de production. Des matériels de production de qualité étaient disponible dans le secteur jusqu'à environ le milieu du 20ème siècle, mais aujourd'hui la production est fortement commercialisée et sans beaucoup de qualité, malgré le fait que le tissage reste famille, mais pendant les deux ou les trois décennies passés la qualité a gravement baissé. Les raisons de ceci peuvent être trouvées dans l’intérêt à garder des moutons en grande partie pour leur viande et pour la commercialisation, et dans le manque de soin pendant la préparation des laines. Tout naturellement, la production traditionnelle de textile a duré plus longtemps dans les régions en retard de développement économique, mais aujourd'hui les nouveaux produits tels que les couvertures et les matelas de mousse ou à ressorts ont atteint même les régions les plus éloignées des souks. Ainsi ces textile et tradition de pile tissage peuvent seulement survivre s'il y a une demande accrue sur le marché, avec tous les inconvénients bien connus en termes de qualité qui présente la commercialisation des produits modernes.

                                                                                               

 

Sur le Forum,

 

On vous invite à participer et à être très nombreux sur notre ou votre forum. De façon à réunir le maximum possible de owlad tahla. L’objectif sera l’ouverture d’une large discussion sur notre blad ainsi que sur les larges obstacles de développement qui  laissent notre région oubliée par toutes les initiatives de développement de l’état... Vous pouvez aussi demander ou partager des informations et des propositions en toute liberté. mais et sutout ne passez pas sans laisser des messages ou des remarques, c'est très facile il se fait de taper votre nom et le code de securité affiché en bas.

Forum Sujets Mess. Dernier message
Forum général

Partager vous idées

60 849 -

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×